Lutherie Expérimentale

Appel à participation 2020 !

Avec le désir de poursuivre et renouveler la programmation 2020 du LFO Fablab via des pratiques accessibles, attractives et stimulantes, nous sommes heureux de vous proposer le nouveau rendez-vous hebdomadaire du vendredi, dédié à la fabrication d’instruments de musiques et objets sonores. Ca vous parle ? Soumettez votre projet via le formulaire projet du wiki.

Lutherie Expérimentale Libre

Ce choix nous semble stimulant et stratégique pour permettre au LFO Fablab de poursuivre son action d’émancipation technologique citoyenne en tenant compte de l’évolution des autres lieux partagés marseillais, desquels nous souhaitons être complémentaires.

Sur le plan social, la musique est un levier pour créer des passerelles entre les cultures, entre les individus et les populations. De même que la pratique musicale, la fabrication d’instruments de musique est, ici à Marseille un moyen d’associer d’atteindre de nombreuses communautés riches de cultures variées.

Sur le plan pédagogique, c’est l’occasion d’aborder toutes les pratiques liées au fablab. S’initier au design 2D/3D, à la conception CAO, la menuiserie et le travail manuel de tous types de matériaux, plastique, acier, etc. , à l’usage des machines à commandes numériques, ainsi que les bases de électricité, électronique, l’informatique, et bien sur, l’apprentissage pair à pair, le travail collaboratif et la documentation pour la transmission puisque ces projets seront libres et accessibles depuis le wiki.

Sur le plan écologique, il nous paraît important d’associer les pratiques du fablab à plus de recyclage, de ré-usage, plutôt qu’au recours systématique aux matériaux, consommables et composants neufs accessibles sur les sites marchands. Sur ce point la lutherie « sauvage » est un bon levier de changement de posture face aux objets et déchets qui nous entourent. 

Sur le plan esthétique, ce changement de posture sera visible et peut concourir à modifier les canons actuels, au delà de l’esthétique stéréotypée des fablabs. En effet si l’art brut et la récupération offre une alternative aux stéréotypes marchands, son augmentation par les pratiques liées aux fablabs peut permettre d’accéder à de nouveaux types de cohérence, d’effet de gamme, d’ergonomie et reproductibilité.

Sur le plan logistique, les instruments de musiques sont idéalement dimensionnés pour le LFO fablab, nos machines et de l’espace dont on dispose.

Sur le plan artistique enfin, la création sonore passionne toute l’équipe et est à l’essence de la création du LFO, d’ou son nom évidemment !

OBJECTIFS :

  • Inclusif et ouvert à tous, afin de favoriser les synergies pédagogiques, créatives et collectives, 
  • Un format hebdo ou semi-hebdomadaire permettant à chacun de progresser à son rythme tout au long de l’année 
  • Développer une production collective enrichie des envies, besoins et compétences de chacun
  • Programmer des mini rdv concerts avec nos partenaires
  • Constituer un instrumentarium collectif, avec la perspective de l’exposer dans le cadre de la programmation de “MACHIN3:ÉNERGIE”, 3ème édition du festival CHRONIQUES porté par ZINC et Seconde Nature.

Modalités de participation

  • Documenter sur le wiki / partager ses connaissances >> Initiez votre fiche projet !
  • Présenter sa création lors d’un petit concert / démo

Pour plus d’information :: contact[at]reso-nance.org

Lire la suite

Les sons du futur

On rêve tous de mélodies agréables ou de silence, mais dans la réalité, c’est souvent le contraire que l’on rencontre, surtout en zone urbaine: la lourdeur des marteaux piqueurs qui rivalisent d’intensité avec la circulation des voitures sans oublier le brouhaha constant des passants, c’est souvent notre lot quotidien de nuisances!

Ce que l’on ignore, c’est que tous les bruits découlant de nos émulsions sociales sont savamment étudiés en amont. En matière d’identités sonores, rien n’est laissé au hasard, et l’IRCAM le sait bien (Institut de Recherche et Coordination Musique/Acoustique). Ainsi, le moindre impact sur notre oreille, et a fortiori sur notre cerveau, est régi par ce qu’il convient de nommer le “design sonore” si cher aux constructeurs automobiles et aux chefs d’orchestre de l’urbanisme.

On connaît les bruits qui ont jalonné notre enfance, mais qu’en est-il de ceux qui vont surgir dans un futur proche à l’heure de la technologie à outrance?

Nostalgie du passé ou vraie écologie sonore?

Dans un monde ultraconnecté, certains pionniers entrent en résistance et s’attèlent à réinventer la “chanson”. Dans certaines zones de friches artistiques, la “domozique” a vu le jour. Dans ce courant musical hybride, il s’agit de faire du neuf avec du vieux, à savoir redonner une seconde vie à des objets de récupération à bout de souffle. On salue l’initiative participative qui vise à ne pas gaspiller des trésors invisibles aux accrocs du consumérisme!

Dans le Nord de la France, Jean-Marc Delannoy qui a travaillé un temps pour le Futuroscope et A.R.T. (Animation Research and Technology) a contribué à l’émergence de ces domophones. Ces machines sonores improbables que ne dénigrerait pas l’homme-orchestre Rémy Bricka sont élaborées à partir de robots ménagers usagers. C’est aussi l’occasion d’explorer le fantastique caché dans la banalité du quotidien, ce qui est l’un des rôles majeurs de l’Art s’il en est!

domozique

Tous au même diapason?

Néanmoins, on est encore loin de l’harmonie parfaite entre politique urbaine et besoins sociaux. Le danger étant de surinterprêter les envies de technologies des citoyens, et d’arriver à une cacophonie de projets, il serait alors urgent de s’écouter et d’oeuvrer pour le bien commun. Dès lors, est-ce un rêve ou un cauchemar qui s’annonce? On serait tentés de dire: un peu des deux. Les avancées en termes de digitalisation allant bon train, la majorité des acteurs gouvernementaux et sociaux manquent encore de recul sur notre avenir proche, notamment à cause des couacs autour de la 5G que l’on connaît bien. Rappelons le phénomène de l’électrosensibilité qui concernerait 3,3 millions de Français selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), et on comprend bien que préserver notre ouïe est important pour soigner tout le reste…

Tirer le meilleur parti des sons

Par le passé, on ne bénéficiait pas de sonomètres, ni d’applications sur notre smartphone comme Shazam pour identifier n’importe quelles chansons, ou de plateformes comme “Sounds of forest” pour s’évader. L’air de rien, la révolution de l’audio-visuel est loin d’être la seule, et on oublie trop souvent que l’on baigne constamment dans un fond sonore jusqu’à saturation. Selon une étude de l’INSEE en 2002, 54% des personnes se sentent oppressées par le bruit, même à leur domicile! L’essentiel de cette pollution sonore étant causée par les transports routiers, les recherches autour de la voiture de demain se sont concentrées également autour de la question du bruit du moteur. Paradoxalement, il est utile de garder un semblant de “son suffisant” pour que le piéton ne se fasse pas renverser parce qu’il n’a pas perçu la présence du véhicule. Pour cela, une loi fédérale a même été votée en 2019 aux États-Unis. On voit qu’au même titre que les signalétiques visuelles, l’être humain a besoin des empreintes du son pour évoluer en ville!

Il faudra faire confiance aux chercheurs pour ne pas diffuser des mauvaises ondes pour les oreilles sensibles, notamment celles des autistes, souvent misophones, ou des personnes souffrant d'hyperacousie ou encore d’acouphènes (16 millions en France selon l’Association Journée Nationale de l’Audition (JNA) et IPSOS). La solution serait de privilégier les bandes sonores positives comme celles des casinos où le cliquetis des pièces d’or coulant à flot lors du jackpot; tout comme celui des boules au tirage du loto, provoque une montée de plaisir!

Les sons de demain seront-ils créatifs?

À l’heure actuelle, le net pullule de recettes miracles pour se guérir des “effets Larsen”, comme l’ASMR ou les bruits blancs. Ce sont des sons épurés provenant parfois de la nature, mais pas seulement. On peut également en créer artificiellement pour accroître leur côté hypnotique. Censés apaiser, ils permettent à 85% des nouveaux-nés de s’endormir au bout de 5 minutes. Mais comme tout ce qui est agréable, ils pourraient créer une véritable dépendance!

En écoles d’Art, de nombreux ateliers sonores mettent en place des programmes de recherches au travers d’installations. Il doit être jouissif d’être un apprenti-sorcier en la matière, et on ne saurait trop recommander de suivre l’évolution de cet art dans les spectacles contemporains ou de lire également “Les Arts sonores” d’Alexandre Castant.

 

En résumé, il n’y a pas pire bruit que celui qui nous parasite à notre insu, si l’on tient au pouvoir de notre consentement. Alors, puisons dans nos ressources pour créer un paysage sonore qui reste résolument humain!

 

Lire la suite

Chimères Orchestra

Our cities are made up of materials, surfaces and textures which vibrate and produce possibilities for aesthetic and musical intervention. What would happen if we could play these surfaces and hear their shapes and sounds? What if across our cities musical robots played upon these surfaces, turning the city into a live automatic orchestra ?

Shaped like insects, Chimères Orchestra is a robotic sound installation, which is attached to metallic structures around the city. As a group, these robotic instruments form a tribe or family, and when organised together play rhythms using their spidery arms. Their sounds resonate through space, calling to passers-by, disrupting their rhythm and walk; they invite us to hit, play and explore the physicality of our urban surfaces.

PHOTOS

VIDÉOS

Strasbourg, Aix-en-Provence, Toulon, Marseille

TECHNICS

All files and documentation on the  Wiki

NEWS

Chimères à Reims
Festival Sunnyside

Dubrovnic summer festival
Chimeres orchestra

Chimères à Marseille
Festival Révélations

Chimères à Gamerz
Festival Gamerz

Chimères à Toulon
Festival Smart City

Chimères sur Arte
Entretien vidéo

Chimères à Strasbourg
Inauguration du Shadok

Chimères à Orléans
Orléanoïdes #3

INFOS

Started by Jérôme Abel in 2011 and developped by Reso-nance numérique collective since 2014.

Technics: Pure Data, Arduino, UDOO/RaspberryPi/Linux, MOSfets, door lock car motors, mechanical arms, cnc routeur

With : Olivier Broquet (electronics), Aymeric Alandry (designer), Nicolas Buclin (instrument maker)

Coproduction : Transcultures, Conseil général de l’Oise, Science Gallery, CNC/DICREAM, Zinc

Thanks to : Zinc, Pacabot, Fablab Centrale Marseille, Jonathan Dalphin, Labomedia, Emmanuel Rodrigues, La « Caserne », Emmanuel Mehois, François Abel

Events :

Lire la suite

Ariane#2017

Diaporama de reso-nance :

Numericariane est un projet innovant piloté et financé par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) avec le concours des quatre Conservatoires classés de Franche-Comté : Belfort, Besançon, Dôle et Montbéliard. Il est le fruit d’une réflexion partagée sur le territoire et d’une volonté de développer les usages numériques tant auprès des enseignants de l’Éducation nationale et des conservatoires que des enfants et élèves franc-comtois.

http://numericariane.net/

Lire la suite