Traces du futur

Nous avons été sélectionnés pour participer à la 28ème édition du festival « Parcours de l’art« , intitulé cette année TRACES DU DU FUTUR.

Ce festival présente, dans différents lieux historiques de la ville, de la peinture, sculpture, vidéo, photographie et installations ainsi que des performances d’artistes venu.e.s de Corée du Sud,d’Italie et de toute la France. Les œuvres nous questionnent poétiquement sur les frottements entre les mondes réels et virtuels qui irriguent nos vies contemporaines et sur les traces laissées par notre présence au monde.

L’occasion pour nous de présenter différentes pièces issues du projet « Cabanes du futur » :

– 3 cyanotypes « Cabanes modulaires », le cyanotype ‘Stats », les tirages cyanotypes sur tissu « Domus », l’installation « Tienda » ainsi que le court-métrage « Cabanisation ».

Voici des images de quelques unes de ces pièces :

Ces pièces sont exposées jusqu’au 23 octobre 2022 au Cloître Saint-Louis. Les différents lieux d’exposition du festival sont :

CLOÎTRE SAINT LOUIS – 20, rue du Portail Boquier – 84000 Avignon
ÉGLISE DES CÉLESTINS – Place des Corps Saints – 84000 Avignon
CHAPELLE DES CORDELIERS – 3, rue des Teinturiers – 84000 Avignon
MAISON JEAN VILAR : 8 Rue de Mons – 84000 Avignon

Des images du vernissage :

Résidence Transat, la Réunion

Cabanes insulaires

 Dans la continuité de notre résidence « Création en cours » 2020-2021, nous avons été sélectionnés pour participer à « Transat, le festival d’été des résidences d’artistes » organisé par les Ateliers Médicis, avec le projet « Cabanes insulaires« . Nous sommes donc partis un mois en résidence à l’île de la Réunion, en partenariat avec l’association socio-culturelle OU GUIGN’ de La Saline les Bains, l’occasion pour nous de poursuivre notre réflexion en milieu insulaire et les partager lors d’ateliers de création, avec des enfants de la Saline les Bains et Saint-Paul.

Résidence Transat
Restitution des ateliers avec Ou Guign’ à la Saline les Bains

La Réunion comme terrain d’expérimentation permet d’imaginer une île monde, tout en réfléchissant aux notions d’habitat et d’autonomie. Nous avons essayé de questionner la fausse opposition nature/culture et comment restaurer un équilibre entre l’humain avide de progrès et de confort avec les problématiques écologiques liées aux pollutions générées par celui-ci.

Pour cela nous avons crée une carte interactive représentant un archipel fictif, constitué de cabanes flottantes, atoll-refuges et autres îlots fantastiques du futur. Ces graphismes tirés en cyanotypes sont constitués par l’assemblage de fragments de photographies de cases créoles et d’éléments imaginaires. .

Transat
La carte interactive, La Saline les Bains, OU GUIGN’

Nous nous sommes inspirés également de références fictionnelles ainsi que des spécificités architecturales et environnementales locales réelles pour imaginer ces territoires “du futur”, en envisageant et expérimentant de nouvelles pratiques comme la combinatoire, l’assemblage, l’hybridation.

En effet l’hybridation peut être une hybridation graphique, mais elle peut se comprendre aussi en relation à d’autres notions liées intrinsèquement à la nature et au champ du vivant, telles que l’architecture des milieux naturels, la diversité des espèces.

En s’intéressant aux facultés adaptatives des êtres vivants, nous avons imaginé, avec l’aide des enfants, ces territoires insulaires peuplés de créatures hybrides du futur, entre l’être humain, l’animal amphibie et le végétal. Mieux adaptés à la montée des eaux et au réchauffement climatique, leurs habitats sont à leur image.

D’autres axes de création sont mis en place, utilisant les plantes (anthotype) l’observation des animaux, les relations qu’ils entretiennent avec leur milieu. Un nid, une fourmilière, un essaim, ces constructions sont aussi une source d’inspiration pour envisager des utopies d’habitation.

Résidence Transat
Les cabanes insulaires

Des extraits audios à propos de l’habitat, insularité et changement climatique sont liés aux créations graphiques par de l’encre conductive. Ces extraits sont issus d’échanges avec des maraîchers, pépiniéristes, ainsi que d’histoires inventées par les enfants.

Résidence Transat - interview
Enregistrement des micro-fictions écoutables sur la carte

 

La cabane du bricoleur, tirage cyanotype sur tissu

Monocord

Guitare mono-corde DIY avec micro optique


Déviation d’une guitare adapté BrutPop – Prototype 2020

La corde est attirée et repoussé par un électro-aimant faisant vibrer la corde à une certaine harmonique.
Le son est entretenu comme un bourdon, et l’utilisateur peut faire varier le volume, le timbre et hauteur de la corde par différents jeux.

Le microphone est optique, traduisant les oscillations lumineuse de la corde en fréquence sonores et utilisé pour alimenté l’électroaimant.

Cet instruments a été exposé à Mixart Myris Toulouse – Sonoptic 2020

 

Fiat Lux

Et la lumière fut…
Fiat lux est un synthétiseur musical transportant le son dans la lumière…


3 cartes électroniques programmées en synthétiseurs envoient du signal audio (électrique) dans des leds.
La lumière oscille à la vitesse du son (les oscillations sont trop rapides pour que l’on entende distinctement les notes, mais néanmoins perceptibles).
Celles-ci sont manipulables et orientables, font face à des panneaux solaires qui captent les lumières émises.
Ces panneaux solaires ont des sorties jack, permettant de se brancher à un ampli audio.

Fiatlux utilise Arduino IDE et Mozzi lib  Page wiki : https://reso-nance.org/wiki/projets/fiat_lux/

Cet instruments a été exposé :

 

Pendulux

Installation interactive, sonore et lumineuse

Pendulux est composé de boîtiers lumineux installés sur un portique tel un pendule, qui créent des sons lorsqu’ils passent au-dessus de panneaux solaires au sol. Ce mouvement peut être autonome et aléatoire ou bien maîtrisé s’il est mis en mouvement.

Techniquement, les sons sont générés par des cartes arduino (synthese FM via librairie Mozzi ) qui transmettent les oscillations électriques en lumière ensuite captées par des panneaux solaire reliés à un ampli et enceinte.

Il s’agit aussi d’un clin d’œil à l’installation Pendulum_Music de Steve Reich.


Cet instruments a été exposé :

Page wiki :

Cisynth

Cisynth

Et le dessin devient musique …

Cisynth est un synthé multimédia crée à partir du capteur lumineux d’un scanner.


Inspiré du synthétiseur ANS d’Evgeny Murzin, et détournant l’usage des scanners à plat de bureau, cet instrument permet de produire un son à partir du dessin artificiel d’une onde sonore, tout en offrant la représentation graphique du son.

Ce synthé repose sur la théorie selon laquelle tous les sons complexes sont une somme d’ondes pures. Un nombre limité d’oscillateur pourraient reproduire tous les sons existants…

 

Page wiki :

 

Jérôme Abel | N-N

 

Notre acolyte Jérôme Abel expose en ce moment à Angers à la Bibliothèque Universitaire quelques nouvelles pièces.

En trente-six jours de résidence, Jérôme  a exploré, dessiné, projeté, expérimenté, construit…

L’exposition d’aujourd’hui est le résultat de ce travail intense de recherche et de création, il a abouti à la construction de quatre nouvelles pièces majeures : SturmPost carbon FrameworkCommitcratyChâteau carbone. Pour s’adapter au lieu il a régalement revisité Chimères orchestra. Deux sujets sont ici abordés : les machines-animales ou notre rapport aux espèces, et l’écologie, avec toutes les projections et les angoisses qu’elle peut susciter.

Le rapport au temps est crucial dans cette exposition, à tous niveaux. La frise temporelle Commitcraty nous renvoie aux multiples scénarios du futur, suggérés par un plan de masse de la BU distordu par algorithme, selon six programmes ou chemins distincts. Qui peut prédire avec réalité l’avenir ? Les scientifiques en ont-ils le pouvoir ? A l’échelle individuelle peut-on changer l’ordre des choses ?

Plus d’informations :

La ligne claire

La Ligne Claire est une installation vidéo interactive traitant de la migration et de notre rapport à l’autre.

Le projet vise à sensibiliser le public sur la notion de désobéissance civique et notamment du délit de solidarité auquel chacun s’expose quotidiennement face à la réalité de la migration, de l’assistance dont une personne en situation de migration a besoin, et dont nous sommes censés les priver.

Deux portes se font faces, avec au seuil de chacune un personnage vidéo projeté. D’un coté un militaire, de l’autre un civil en situation de migration, en bande son les droits de l’homme.
Si vous approchez du civil en situation « irrégulière », les droits de l’homme sont distordus et progressivement rendu inaudibles, le militaire vous menace de son arme. Au contraire si vous allez vers le militaire celui ci aura une attitude bienveillante mais le civil semblera délaissé, démuni …

Installation créée dans le cadre du projet riskchange.eu

Page wiki

Fenshu - hopper

Hopper

Hopper est un album de Fenshu sorti en 2019 mariant diverses techniques sonore pour créer ambiances cinématographiques et rythmes IDM.

Cet album est en libre téléchargement ici : https://fenshu.bandcamp.com/album/hopper

[] est une installation artistique portant sur le monde médiatisé et hyper automatisé. Elle tourne (en dérision) les dérives des médias contemporains qui diffusent les mêmes informations, parfois erronées, sur les mêmes sujets, de façon massive. La recherche addictive de l’événement stimule nos réflexes instantanés et crée un environnement anxiogène, sans perspective ni réflexion. Ces informations sont produites par des machines et pour des machines. L’installation [] présente leur totem et nous demande d’être à la fois le spectateur et la matière première des informations qu’elles diffusent en boucle.

Un partenariat entre le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur et Le Campus des Sciences et Techniques à Avignon. Années scolaires 2015/2016 et 2016/2017.

> DOCUMENTATION WIKI

 

ACTUALITÉS
[post-by-category category= »infini »]